Jean-Claude me l'a avoué dès le début de l'entrevue : il est extrêmement orgueilleux et ce trait de caractère l'a mené à faire bien des bêtises. Pendant longtemps, il n'a reculé devant rien et a refusé de demander de l'aide, ce qui l'a entraîné au fond du gouffre. (...) Le 17 août 2005, le père et la fille entraient à la Maison Oxygène, non sans que le père ait bu et consommé pendant toute la nuit précédente. Jean-Claude avait même caché du hash dans les bagages de sa fille. Mais, cette fois-ci, ce fut la bonne. Il était prêt et il décida d'utiliser son orgueil pour réussir à reprendre sa vie en main. Il était prêt aussi à se remettre en question profondément. Il constatait surtout à quel point son comportement affectait Carol-Anne. Jean-Claude passa trois mois à la Maison Oxygène et deux mois à la Maison Claude-Hardy. Il cessa définitivement de consommer alcool et drogue. Il prit le temps de réfléchir et choisit de débuter une nouvelle vie. (...) Pour Carol-Anne, ce séjour constitue les trois plus beaux mois de sa vie puisque son père était sobre et présent auprès d'elle. Elle a aussi adoré la vie communautaire. Pour elle, la Maison Oxygène a tout simplement sauvé la vie de son père.